Region: Democracy, Human Rights and Rule of Law Threatened

Former Ugandan Prime Minister Amama Mbabazi said he’s running as an independent candidate for Uganda’s 2016 presidential election because the ruling National Resistance Movement (NRM), of which he has been a member for almost 30 years, has made it untenable for him to run as its flag bearer.

Mbabazi, who first said he was seeking the NRM nomination, denies he was rejected. Rather, he said the party changed the rules in violation of its own constitution once he expressed his desire to seek the NRM nomination.

Mbabazi said the NRM denied him the nomination because the party knows he has what he calls both silent and loud supporters within the NRM.

“As I announced some time ago, it became untenable for me to try and contest within my party. Everything was done to make it impossible for me to, and I had no choice therefore but to run as an independent,” he said.

Mbabazi said contrary to NRM regulations, heavy fees were imposed to make it impossible for him to seek the party’s nomination.

He said he did not join the opposition or form his own political party because he still believes in the core values upon which the NRM was founded. But he said that while President Museveni, who has led the party for the last 30 years, has been a good leader, he has steered the NRM away from its original goals.

“I have stated very clearly that stick to the core values of our struggle, the very principles upon which were founded the National Resistance Movement and my contention is that the leadership of the party right now has veered off course. I do represent the original NRM,” Mbabazi said.

Mbabazi said it’s time for a peaceful transition in Uganda because the country has never had a peaceful transition in its history.

Kizza Besigye, who is seeking the nomination of the opposition Forum for Democratic Change (FDC), has said there should be no election in 2016 unless there are meaningful reforms to the political system that can engender a free and fair election.

Besigye, who contested three consecutive presidential elections in 2001, 2006, and 2011, said all three were marked by voting irregularities.

Mbabazi said he has always been an advocate for electoral reform in Uganda. However, he said the problem has not been about the laws but rather the government and the institutions managing the process have been violating the laws.

“I have spoken in favor of electoral reforms. I was the chair of a cabinet committee on constitutional reform. However, I think the problem is not the laws; the problem is acting in breach of the laws because at the moment the problem we are facing is that the government and institutions handling many of these matters actually do not act in accordance with the law,” Mbabazi said.

Mbabazi said if Ugandans can come together and agree on a minimum political program, he sees no reason why they should not form a government of national unity government to lead the country.

“My line is that Uganda has such huge challenges and so we obviously need to combine our efforts to pull Uganda out of the major problems it faces today. And I think if we can agree on basic principles and can form a minimum political program, I see no reason whatsoever why we should not join hands and form a government of national unity to lead Uganda,” Mbabazi said.

Burundi’s president wants enemies ‘destroyed’

Burundi’s president wants enemies ‘destroyed’

Burundi President Pierre Nkurunziza has called for groups that he said threaten national security to be “destroyed.”

In a speech broadcast by state media on Wednesday, Nkurunziza said that young people would be given “patriotic, theoretical and practical training” to be recruited by the country’s military in the form of security committees.

“These mixed security committees will be asked to work day and night, so that groups which seek to only kill and upset security, especially inside [the capital,] Bujumbura, will be destroyed and, so that we won’t be talking about them two months from now,” Nkurunziza said.

“All people [have] to rise up as one, and to work with security forces, so that this promise can be kept,” Nkurunziza said.

Burundi has been experiencing turmoil since April, when Nkurunziza announced he would run for a third term in office. Many protests were held in the country against the bid, which opponents said was unconstitutional. Violence killed at least 94 people during the protests, according to the United Nations.

Nkurunziza struck back by saying that his first term did not count as he was not elected by popular vote but was picked by the parliament.

The crisis escalated after Nkurunziza won a third term in a controversial election late last month, which was boycotted by the opposition

In his Wednesday speech, Nkurunziza said that the dispute over his third mandate was now “over.”

Earlier this week, Amnesty International accused Burundian security forces of using acid and iron bars to extract confessions from the opponents of President Pierre Nkurunziza.

http://www.presstv.ir/Detail/2015/08/27/426516/Burundi-Nkurunziza-enemies-se

Le Potentiel: «Présidentielle 2016 : Tshisekedi face à son destin»

Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS le 30/08/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de presse du 28 août 2015

Le Potentiel
titre: «Présidentielle 2016 : Tshisekedi face à son destin ». Le « sphinx » de Limete qui court derrière l’imperium depuis 2011 s’apprêterait à s’engager dans la course de la présidentielle de 2016, révèle le quotidien qui estime que «le lider maximo est face à son destin : entrer dans l’histoire par la grande porte ou effacer d’un trait toutes ces pages de lutte en faveur de la démocratie écrite au prix des sacrifices».

De son côté, Le Phare annonce à propos du Dialogue national en gestation: «’la feuille de route’ de l’UDPS toujours sans réponses ». Nier que des contacts informels ont effectivement eu lieu la semaine dernière en Italie, entre émissaires du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, et ceux du président national de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), Etienne Tshisekedi, serait faire preuve de naïveté, soutient Le Phare. Car, explique le journal, des compatriotes se réclamant des camps des deux personnalités politiques sont partis de Kinshasa pour échanger autour des modalités d’organisation du Dialogue national. «A en croire des indiscrétions échappées de Limete, ces délégués [de l’UDPS] à problèmes ont eu au moins le mérite de ne prendre aucun engagement dans le sens d’une cohabitation future avec le pouvoir en place dans un Gouvernement de Transition, ni d’une quelconque prolongation du mandat du Président de la République actuellement en fonctions», rapporte le quotidien.

«Ne touchez pas à notre Etienne Tshisekedi !», lance  Lisanga Bonganga Front Populaire, cité par La Prospérité. « Le Front Populaire Contre la Révision Constitutionnelle continue à appeler la classe politique au dialogue […]  Déterminé à défendre et valoriser les idées d’Etienne Tshisekedi, le Front Populaire soutient que l’heure est grave, et la seule issue pour sauver la nation toute entière, c’est de dialoguer en vue de trouver la solution aux nombreuses préoccupations dont celle ayant trait à l’organisation des élections en République Démocratique du Congo », rapporte le quotidien. Selon Lisanga, l’organisation et la tenue des élections crédibles et apaisées dans les délais constitutionnels suscitent de profondes inquiétudes  au point qu’un doute général semble s’installer à travers tout le pays.

Un autre titre développé par les journaux congolais, c’est le procès des présumés assassins de Chebeya à Kinshasa: «Les avocats de la République sont formels: L’assassinat de Chebeya n’est pas un crime d’Etat», indique le quotidien L’Avenir.

Poursuivant jeudi l’affaire Chebeya en appel, la Haute Cour Militaire a entendu la plaidoirie des avocats de la République et ceux de Mandiangu. Ceux de la République, civilement responsable, n’ont pas été tendres avec leurs confrères des parties civiles du fait qu’ils aient qualifié l’assassinat de Chebeya de crime d’Etat. Ils ont également fustigé la contradiction flagrante entre l’expertise médico-légale et le rapport de la Police scientifique quant à l’autopsie du corps de Chebeya, note le journal.

La réplique des parties civiles, du ministère public attendue lundi prochain à Makala, annonce La Tempête des Tropiques. «Cette audience s’annonce houleuse car il sera question pour les avocats des familles de deux activistes assassinés de balayer les arguments qui veulent disculper le général John Numbi et l’Etat congolais», avertit le journal.

RDCONGO: TORTURES ET TRAITEMENTS CRUELS, INHUMAINS ET DEGRADANTS COUPLES DE L’ARRESTATION ARBITRAIRE PAR L’ANR DE BUTEMBO

 Excellence Mesdames et Messieurs,
Le CIDDHOPE a l’honneur de vous
transmettre en pièces jointes son COMMUNIQUE DE PRESSE N°038 relatif à
la torture et traitement cruel inhumain et dégradant ainsi que les images des victimes orchestrés par le Responsable de l’ANR de la ville de Butembo et ses agents. Le CIDDHOPE vous en souhaite une très bonne réception et exploitation accompagnée des vos actions.

COMMUNIQUE DE PRESSE N°038 DU CIDDHOPE 2015

———————————————————–
Maître *Dellyco Mbambu* NYAMWAMI,
Secrétaire Exécutif du Cercle International pour la Défense
des  Droits de l’Homme, la Paix et l’Environnement en sigle CIDDHOPE
Adresse de contact: 01, cellule Kabenge, Avenue du Marché,
Quartier Mulyata, non loin du Ropoint Boulevard, en face du Bureau de la cité,
Cité de Lubero,Territoire de Lubero Province du Nord-Kivu, à l’Est de la RDC.
Tél: (+243) 997784020, (+243) 821415070,  (+243) 899174374,
E-mail: ciddhops.execu@gmail.com, Skype: CIDDHOPE

International: Si l’eau pouvait parler, a ce cri il suffit! Om vattnet kunde prata skulle har skriket DET RÄCKER!

I’m Sorry No Comment

d2d3

d1

Assieds-toi un peu, réfléchir, regardez ces photos, imaginez votre fils, votre fille couchées là avec ses poumons sont remplis avec de l’eau et dites-moi si tu n’avais pas agi ?
Alors pourquoi ne pas agir maintenant ?
La colère, la tristesse et la frustration.
Il est parfois difficile de trouver des mots, difficile de mettre des mots sur les sentiments.
Ces événements sont une telle situation.
Ce n’est pas des chiffres, ce n’est pas des statistiques.
Il est jeune, avec un nom, qui aurait dû la vie devant lui.
Les médias et les politiciens adresse maintenant les projecteurs sur des passeurs de faire enlever le focus à partir de ses propres responsabilités.
Mais la responsabilité de cette mort, cette mer charnier repose chez les dirigeants politiques. Ceux qui voyagent murs contre ceux qui fuient, ceux qui oblige les réfugiés à des passeurs en l’absence de voies légales en europe.

Redaction Europe

RDC: LA DIASPORA RDCONGOLAISES ÉTAIT DANS LES RUES DE BRUXELLES POUR REJETER LE DIALOGUE ET DÉNONCER LES NOUVEAUX IMPOSTEURS.

Aux cris de “Tshisekedi collabo”, des milliers de congolais de la diaspora ont manifesté le vendredi 28 Août 2.015 à Bruxelles (Belgique), pour dire non au dialogue proposé par le président Kabila.

Parmi les nombreux slogans entendus, “l’incompréhension des manifestants de la volonté désormais affichée par le leader de l’UDPS de dialoguer avec celui qu’il dénigrait et combattait jusqu’à une période récente.

Voulant mettre fin aux arrangements politiques entre particuliers, les membres de la diaspora agissante se sont aussi prononcés contre le “glissement”, expression fréquemment utilisée pour qualifier la période comprise entre la date de fin du mandat du président sortant et la date de passation de pouvoir avec le président élu.

Ils ont dénoncé les meurtres, les arrestations arbitraires et les fosses communes qu’ils attribuent au régime de monsieur Joseph kabila.

Fiers de leur rassemblement, “expression du peuple”, dans une vidéo de la manifestation qui fait le tour du monde, ils s’insurgent contre “les faux dialogues et les fausses promesses” issus des nombreuses rencontres organisées en RDC depuis l’indépendance.

La Diaspora annonce d’autres actions à Londres et à Paris dans le cadre de sa croisade qui vise le remplacement de “tous les politiques actuels de l’opposition qui, selon elle(la Diaspora) ont déçu.

drc

En guise de symbole fort, à la fin de la manifestation (qui s’est terminée par une altercation avec des partisans d’Etienne Tshisekedi), les “combattants” ont enterré l’UDPS et son leader brandissant le cercueil à l’intérieur duquel, on pouvait voir les images de trois visages qui sont ceux de Kabila ainsi que de Tshisekedi Étienne et de son fils, Félix que les membres de la Diaspora RDCongolaise qualifient désormais de nouveaux traîtres et imposteurs.

dia

Serge Amissi
Attaché de la Rédaction.
Bruxelles.

RDC : 33 ONG demandent à Joseph Kabila de «ne pas violer la Constitution»

res

La coalition de trente-trois ONG de défense des droits de l’homme de la RDC demande au président congolais, Joseph Kabila, « de ne pas violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir mais de la respecter ». Dans un communiqué publié jeudi 27 août, elles appellent les autorités congolaises et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à organiser les élections législatives et la présidentielle avant la fin de l’année 2016.

« Notre coalition réitère encore sa demande ou son appel lancé à son excellence Joseph Kabila, président de la RDC à ne pas violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir mais de la respecter en faisant organiser les élections dans le délai constitutionnel », a affirmé le coordonnateur de ces 33 ONG, Me Georges Kapiamba de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ).

Le communiqué de 33 ONG a été émis au lendemain de la visite en RDC de Thomas Perriello, l’envoyé spécial de Barack Obama dans les Grands Lacs qui a rappelé au président Kabila l’attachement de Washington au respect de la constitution.

«Nous sommes vraiment satisfaits de l’implication de cette administration [américaine], comme aussi de la république française par le truchement du président François Hollande et de l’Union européenne et de la communauté internationale à travers la Monusco [Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC] ainsi que de l’Union africaine dans les efforts qui sont déployés afin que la RDC, à travers son gouvernement et la Ceni arrivent impérativement à organiser les élections essentielles, à savoir les élections législatives et la présidentielles avent la fin de l’année 2016 », a déclaré Me Georges Kapiamba.

«L’alternance pacifique au pouvoir en 2016 constitue un facteur indispensable pour la consolidation de la paix et du développement socio-économique en RDC», a affirmé pour sa part Timothée Mbuya de Justicia ASBL.

Le chef de la Monusco, Martin Kobler a déclaré mercredi dans la conférence hebdomadaire de l’ONU que son institution ne se mêle pas des affaires internes de la RDC mais que la position de la communauté internationale est claire : «la Constitution devra être gardée.»

Martin Kobler a aussi proposé que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) fournisse un calendrier électoral « réaliste et finançable.»

http://www.radiookapi.net/2015/08/28/actualite/politique/rdc-33-ong-demandent-joseph-kabila-de-ne-pas-violer-la-constitution

RDCONGO : LA PRESIDENCE ET LA PRIMATURE DEPENSENT SANS COMPTER

L’Observatoire de de la Dépense Publique a publier son dernier rapport sur la période 2012 – 2014. Parmi les enseignements qu’il faut en tirer, on retier que la Présidence de la République et les Services du Premier ministre dépensent presque deux fois plus que les budgets autorisés par le Parlement.

Le taux de dépenses de fonctionnement accroit d’une année à une autre en termes de prévision et d’exécution, tandis que celles d’investissements régressent d’une année à une autre en termes de prévision et en exécution. Le pays vit donc de plus en plus au jour le jour, plus pour se maintenir à flot que pour fonctionner normalement.

Entre 2012 et 2014, l’exécution des dépenses de fonctionnement des institutions politiques, en particulier la Présidence, la Primature, l’Assemblée nationale, le Senat et le pouvoir judiciaire, a connu un dépassement de 34,1%. Autrement dit, prises ensemble, ces institutions ont dépensé 34,1% plus qu’il ne leur était légalement permis. Prises individuellement, cependant, certaines de ces institutions ont connu un taux de dépassement budgétaire parfois étonnant : la Primature a connu un dépassement de 99,57% (c’est-à-dire qu’elle a consommé quasiment le double de ce qui lui était autorisé); la Présidence 85,7% ; et le Senat 8,53%.

Mais ce qui est encore plus intéressant c’est de comparer ce taux d’exécution avec celui des secteurs sociaux. Ces derniers ont presque tous connu non pas un dépassement budgétaire mais d’énormes sous-consommations de leurs dépenses. Le secteur de la Santé publique, par exemple, n’a pu consommer que 27,2% des dépenses qui lui étaient allouées en 2012 et 38% en 2014, alors que l’Agriculture n’a consommé que 17,6% de ses crédits en 2012 et 30,1% en 2014. Les crédits alloués aux « Ressources hydrauliques et électricité » n’ont été consommés qu’à hauteur de 47,7% en 2012, 5,7% en 2013 et 21,3% en 2014. Quant aux 40% de rétrocession constitutionnellement alloués aux Provinces, ils n’ont été rétrocédés qu’à hauteur de 43% (c’est-à-dire 43% des 40%) en 2012, 39,2% en 2013 et seulement 28,2% en 2014.

Télécharger le rapport sur ce lien : http://www.odeprdc.cd/…/Rapport-d-analyse-des-budgets-2012-…